Par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Jeudi du jazz, Créon le 21 décembre 2017.

Noël est proche, trop proche peut-être et les gens ont la tête ailleurs, l’affluence en témoigne en ce lieu habituellement plein. Quoi qu’il en soit Action Jazz est là ! Rien que pour le tajine de poulet au coriandre et les vins du château Farizeau de Sadirac ça valait le coup de quitter – avec difficulté – Bordeaux pour celle qui se proclame la Capitale de l’Entre-deux-Mers, la bastide de Créon. En plein cœur de celle-ci bien cachée derrière la mairie et le cinéma, dans un pâté de maisons anciennes se trouve le Centre Culturel, une très beau lieu, spacieux et surtout très vivant. Vivant notamment grâce à l’association Larural qui y organise outre les jeudis du jazz depuis plus de huit ans, des spectacles divers. Le prochain est à ce titre très intéressant, il s’agit de « Claude Nougaro par Babx, André Minvielle et Thomas de Pourquery » ce dernier lauréat des récentes Victoires du Jazz. Un concert qui s’annonce bien original ; c’est le 12 janvier, il reste des places mais dépêchez-vous !

Ce soir c’est un groupe lauréat non pas des Victoires du Jazz, pas encore, mais du Tremplin Action Jazz, le trio Atrisma. C’est Serge Moulinier, le musicien programmateur des jeudis – à découvrir dans la prochaine Gazette Bleue – qui les annonce. Place à la nouvelle génération, à ces jeunes musiciens virtuoses et inventifs, leur concert n’étant bâti qu’autour de leur compositions. Autour, car ils font une énorme place à l’improvisation, toujours à l’écoute fine les uns des autres. Il est impressionnant de voir l’osmose entre Vincent Vilnet (claviers,

compositions), Johary Rakotondramasy (guitare, compositions)

et Hugo Raducanu (batterie, pads, compositions).

 

Ces très jeunes musiciens ont ainsi déjà réussi à créer leur propre univers fait de longues suites, jamais installées, toujours pleines de surprises, passant des dentelles de notes et des accords cristallins aux rythmes jungle ou aux fracas orageux.

Au piano Vincent Vilnet alterne avec aisance les bouts de sonates, les passages de concertos avec des nappes ou des fulgurances électro. C’est un peu lui l’origine du projet, lui qui a embarqué les deux autres dans son univers poétique et insolite, c’est un musicien atypique et inspiré. Timide et un peu lunaire il se fait visiblement violence pour s’adresser au public, ce qu’il fait avec grande gentillesse, surtout quand il parle de ses deux partenaires.

Johary Rakotondramasy est lui le contraire d’un guitar hero, il est là, bien là, caché sous sa casquette – le cauchemar du photographe – et distille ses accords avec parcimonie et délicatesse. Par contre quand il prend la parole avec ses six cordes c’est un lyrisme élégant qui sort de ses doigts vers des envolées superbes. Lui, qui apparemment n’aime pas trop se mettre en avant, va quand même nous gratifier d’un solo construit avec des boucles, j’en ai compté huit, qu’il fabrique devant nous, laissant enfin filer ses doigts sur ce tapis de loops savamment tissé.

Dans tout organisme vivant il faut un cœur qui bat, Atrisma en a un en la personne d’Hugo Raducanu. Il occupe en effet une place centrale dans le trio. C’est souvent lui qui lance les titres, notamment avec les pads électro dont il use sans excès avec à propos et originalité. Complément désormais courant chez les jeunes batteurs, les pads ainsi utilisés sont vraiment très intéressants, permettant des sonorités nouvelles. A la batterie traditionnelle Hugo est éblouissant maintenant, construisant une structure rythmique bien sûr mais surtout une ligne mélodique, truffée de créativité.

Trois individualités bourrées de talent ne suffisent pas toujours pour bâtir un trio efficace, ici l’osmose est totale. La complexité de leurs phrases musicales laisserait croire que tout est écrit, il n’en est rien. Les thèmes servent de prétexte aux improvisations rendant ainsi les concerts du groupe toujours très différents. Très bien servis par le son – « c’est facile de travailler avec eux, ils m’ont laissé faire en confiance » me dira l’ingénieur du son – et superbement éclairés Atrisma a offert ce soir une prestation de haut niveau.

Joyeuses fêtes à toutes et tous !

www.atrisma.fr

http://www.larural.fr/

Retrouvez l’interview d’Atrisma sur ce blog : https://www.actionjazz.fr/atrisma-jazz-bordelais-festival-a-cauderan/